Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/10/2009

Microsoft lance un antivirus gratuit

Security Essentials est disponible au téléchargement depuis une dizaine de jours. Le logiciel est simplissime à utiliser et se veut parfaitement efficace. De quoi faire grincer les dents des éditeurs de solutions payantes.

security.jpgMicrosoft risque de s'attirer l'ire des éditeurs d'antivirus. Qu'à cela ne tienne ! Avec plusieurs semaines d'avance sur le planning initial, le geant de Redmond vient de lancer Security Essentials, un logiciel permettant de lutter contre les programmes malveillants destinés à endommager votre PC ou à servir de mouchard.

Petite précision : à la différence de One Care, son aîné boudé par le public, et de bon nombre de ses concurrents, Security Essentials est entièrement gratuit. Il suffit de se rendre sur le site de Microsoft et de le télécharger. Même pas besoin de s'inscrire, de répondre à un questionnaire ou d'être parrainé de telle ou telle manière. Difficile de résister à la tentation.

Chevaux de Troie, spywares, rootkits (logiciels furtifs)... le logiciel est capable de faire face a toutes les formes de menaces qui rodent sur la toile. « Il est essentiel que les utilisateurs de PC aient une expérience numérique hautement sécurisée. La sécurité n'a pas de prix car c'est un élément essentiel de la confiance dans l'économie numérique ; chacun doit donc pouvoir se protéger facilement. Malheureusement, aujourd'hui trop d'utilisateurs ne bénéficient pas d'une protection satisfaisante pour leur PC. C'est pourquoi nous avons souhaité offrir à tous une solution qui soit 100 % gratuite, facile à obtenir et à utiliser : le prix ne doit plus être une barrière à la protection », affirme Bernard Ourghanlian, directeur technique et sécurité pour Microsoft France.

S'il est encore trop tôt pour se prononcer sur sa fiabilité, une chose est sûre : Microsoft tient ses promesses en matière de simplicité. Security Essentials s'installe en trois clics, se met à jour automatiquement et tourne en tâche de fond sans polluer l'utilisateur de messages incessants ni ralentir la machine. Seul indicateur à surveiller : le voyant dans la barre des tâche. Si celui-ci est vert, c'est, pour reprendre les termes employés la page web consacré au logiciel, que "tout va bien. C'est aussi simple que cela".

Microsoft oblige, Security Essentials est d'ores et déjà compatible avec Seven, la nouvelle version de Windows attendue pour le 22 octobre.

Reste que selon ITRNews.com, plusieurs éditeurs d'antivirus auraient déjà prévenu. Pour eux, cette "solution ne suffirait pas à bloquer les attaques les plus sophistiquées et qu'elle n'offrait qu'une protection limitée". C'est de bonne guerre.

26/09/2009

Les mini-PC cartonne malgré la crise

mini pc.jpgHeureusement qu'ils sont là ! Les mini-PC ont la cote et leurs ventes ne cessent de grimper. A tel point que ces PC low-cost dopent le marché des ordinateurs, particulièrement malmené par la crise. Selon l'institut d'études américain Gartner, il devrait se vendre 25 millions de netbooks en 2009 (11,7 millions en 2008) et 37 millions en 2010. De quoi allécher de nouveaux acteurs comme Nokia ou le Français Archos qui viennent de se lancer sur ce segment.

Le succès des mini-PC a permis par ailleurs de voir arriver, en réaction, de "vrais" PC portables puissants à des prix plancher. Des machines qui séduisent de plus en plus les utilisateurs. Si la tendance se confirme, ce sera sans doute la fin de netbooks. Le consommateur aura alors tout gagné.

Source : AFP / Photo : Dell Inspiron Mini 9

13:35 Publié dans L'actu, Matos | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mini-pc, low-cost

18/09/2009

Radio France partout, tout le temps

La société publique vient de lancer une série d'applications pour ordinateurs et téléphones portables particulièrement réussie. France info, France inter, Le Mouv'... toutes les stations et leurs programmes sont désormais à portée de clic, réunis en seul et même univers.

Radio France.pngRadio France frappe fort et fait un grand pas dans le monde du numérique. La société publique vient de lancer huit applications pour ordinateurs et téléphones mobiles particulièrement réussies. Et pas question de faire des jaloux : les programmes sont disponibles gratuitement pour PC, Mac, iPhone et bientôt pour les portables tournant sous Windows Mobile, Symbian (Nokia), Blackberry et Android, le système d'exploitation de Google. De quoi remuer le secteur privé.

L'application phare, Radio France, permet d'écouter en direct France culture, France musique, Fip, Le Mouv', France bleu, France info et France inter. Sans le moindre parasite, numérique oblige. Elle permet également d'accéder aux quelques 300 podcasts tirés des différentes stations et aux "papiers" diffusés à l'antenne tout au long la journée. Tout ceci dans un seul et même univers, sans passer par un navigateur. Les six autres applications sont basées sur le même principe. Seule différence : elles sont aux couleurs et mettent en avant les programmes de telle ou telle station.

"Ces applications permettent d'être présent sur les nouveaux vecteurs de diffusion et d'accentuer la proximité entre les auditeurs et les radios de Radio France
, explique la société dans un communiqué. Les auditeurs peuvent désormais accéder, où qu'ils soient, à tout moment et gratuitement, aux 7 radios et à leurs contenus." Cerise sur le gâteau, Radio France promet d'incorporer bientôt un système de géolocalisation dans France bleu. Objectif : accéder automatiquement aux 41 décrochages locaux.

Du beau travail qui devrait sans doute attirer de nouveaux auditeurs. France inter est depuis peu la deuxième radio la plus écoutée en France, prenant la place de NRJ.

Et le privé ?
Aucune radio généraliste privée ne propose une offre comparable à celle de Radio France. RTL dispose toutefois depuis cet été d'une application iPhone très réussie. Europe 1 s'apprêterai également à proposer une application pour le téléphone d'Apple d'ici la fin de l'année. Reste à savoir si elle sera accompagnée d'un programme similaire pour ordinateur.

15/09/2009

Musique : enfin une offre légale valable

Spotify vient de lancer son application pour iPhone. Objectif : accéder depuis son mobile à un gigantesque catalogue musical. Une offre réservé à ceux qui mettent (un peu) la main au portefeuille.


spotifyiphone.jpgC'était loin d'être gagné. Bon nombre d'observateurs estimaient qu'Apple n'autoriserait jamais un tel programme, capable de faire de l'ombre l'iTunes Store, son magasin de vente produits culturels dématérialisés. N'en déplaise aux pessimistes : Spotify a réussi son pari. Le service suédois de musique à la demande a convaincu la firme du Cuppertino et vient de publier une application permettant d'accéder à l'intégralité de son catalogue sur iPhone. Tour de force : les utilisateurs peuvent écouter les ablums en streaming via la 3G ou le Wifi mais aussi et surtout les télécharger sur le téléphone pour en disposer n'importe où, dans une zone non couverte par le réseau haut débit mobile ou à l'étranger par exemple. "L’application mobile vous permettra de mettre tout le catalogue de Spotify dans votre poche. Elle vous donne aussi la possibilité d’accéder à vos listes de lecture à tout moment, même sans connexion internet disponible, parfait pour le métro ou un long vol traversant l’Atlantique", explique l'entreprise sur son blog officiel.

Le programme fonctionne parfaitement que ce soit en ligne ou hors ligne et les playlists sont automatiquement synchronisées (les utilisateurs retrouvent les mêmes listes de lecture sur ordinateur et sur mobile). Le son est d'une précision sans faille, les morceaux étant encodés dans un format d'une qualité proche du CD. Chaque album ou single est accompagné de sa pochette. Seule ombre au tableau : Spotify ne tourne pas en tache de fond. Comprendre : impossible de faire autre chose avec son téléphone lorsque le programme est lancé, à la différence de la fonction baladeur traditionnelle, disponible par défaut sur l'iPhone.

Reste que pour pouvoir utiliser cette application hors normes, il faut disposer d'un compte premium, proposé à 9,99 € par mois. Un tarif tout à fait acceptable pour un tel service. D'autant qu'il permet de définitivement rentrer dans le rang sans pour autant se sentir frustré. A quand un Spotify de la vidéo ?

# Spotify est également disponible pour les téléphone tournant sous Android, le système d'exploitation de Google.

# PS : j'ai à nouveau des invitations pour tester le service. Contactez-moi par le biais des commentaires si vous voulez tester. Il me faut votre adresse e-mail.

09/09/2009

Les Windows phones débarquent en octobre

Windows mobile.jpgMicrosoft riposte à Google et Apple. Pas question de leur laisser le champ libre. La firme de Redmond lancera le 6 octobre une vingtaine de mobiles estampillés Windows phone. Comprendre : des smartphones dernière génération embarquant le système d'exploitation Windows Mobile 6.5. Ce lancement, en Europe, aux Etats-Unis, en Amérique du Sud et en Asie-Pacifique, sera réalisé en lien avec seize opérateurs et sept équipementiers : HTC, Acer, LG, Samsung, Sony-Ericsson, HP et Toshiba. En France, les trois opérateurs (Orange, SFR et Bouygues) sont partenaires.

Ces nouveaux portables misent sur l'internet mobile, à l'image de l'iPhone, du Blackberry et des téléphones fonctionnant sous Android, le logiciel ouvert signé Google. Stratégiquement, Microsoft emboîte d'ailleurs le pas au géant de l'internet : son système d'exploitation n'est pas lié à un appareil en particulier. Les constructeurs pourront donc sortir des modèles totalement différents.

Concrètement, ce nouvel OS Microsoft se veut entièrement tactile (au placard le stylet), léger et convivial. Il permet de surfer sur n'importe quel site internet grace à une version adaptée d'Internet Explorer, capable de lire le Flash (contrairement au téléphone d'Apple). Il permet, comme c'est désormais la norme, de télécharger des milliers d'applications via un portail maison, le Market Place. L'OS embarque également un programme pour ouvrir et modifier n'importe quel document Word, Excel et Powerpoint. Autre valeur ajoutée : Microsoft My Phone. Ce service gratuit permet de sauvegarder en ligne les informations et les fichiers stockés sur le mobile.

Pour le groupe américain, le lancement de ces Windows phones est capital : au deuxième trimestre 2009, Windows Mobile n'équipait plus que 9 % des smartphones vendus, contre le double il y a un an, selon le cabinet Gartner. Dans le même temps, Apple a progressé de 2,8 % à 13,3 %, tandis que Google a atteint en quelques mois quasiment 2 % et pourrait encore augmenter sa part de marché, de nombreux appareils dotés d'Android étant attendus d'ici la fin de l'année.

Le marché des smartphones reste toutefois encore largement dominé par Nokia et son système d'exploitation Symbian. Mais son hégémonie semble menacée par une concurrence un cran en dessus en matière d'innovation.

Avec AFP